Le multivers d’Everett diffère profondément des multivers que nous avons précédemment passés en revue. Le multivers d’Everett transcende, plus que tout autre, la notion d’espace. Il diffère de l’image d’un bouillonnement d’univers, évoqué précédemment. Pour Max Tegmark, c’est le multivers de niveau 3. (Les mathématiciens disent que ces différents univers sont contenus dans un espace de Hilbert de dimension infinie. Dans un tel espace, tous les univers possibles, tels que définis par la gigantesque fonction d’onde qui les contient – un nombre absolument colossal, dépassant tout entendement humain – cohabitent, se superposant les uns aux autres. C’est comme si l’univers était frappé de procrastination : ne parvenant pas à « choisir », il garde en l’état toutes ses innombrables évolutions possibles selon l’indétermination quantique, rassemblées ensemble dans cet espace de Hilbert.)

(Multivers et réalité humaine, Louis Loujoz, § 6,5 - p. 31)

__________________

Everett’s multiverse differs profoundly from the multiverse that we have previously reviewed. The Everett multiverse transcends, more than any other, the notion of space. It differs from the image of a bubbling of universes, mentioned previously. For Max Tegmark, it is the level 3 multiverse. (Mathematicians say that these different universes are contained in a Hilbert space of infinite dimension.) In such a space, all possible universes, as defined by the gigantic wave function that contains them  – an absolutely colossal number, beyond all human understanding – coexist, superimposing one another. It is as if the universe was struck with procrastination. Failing to "choose", it keeps in all its innumerable possible evolutions according to quantum indetermination, gathered together in this space of Hilbert.