Y résisterons-nous ? Notre esprit humain peut-il l’affronter ?

La mort de Dieu (la disparition de la croyance « vraie » en un « vrai » Dieu), cette tragédie pour l’esprit humain qu'a perçue Friedrich Nietzsche, demeurait supportable tant que l’univers était pensé comme unique et éternel. Un tel univers était un pôle de stabilité qui nous permettait de tenir bon. Il était ce giron éternel qui nous accueillait et à quoi nous consacrions notre existence.

Le Big Bang est le coup de grâce qui nous est asséné, parce qu'il a le multivers pour corollaire, lequel nous confronte, de gré ou de force, à la nécessaire infinité des univers. Voici que nous avons tout perdu. Plus rien à quoi nous raccrocher. 

(Multivers et réalité humaine, Louis Loujoz, § 11 p. 37)

________________

Shall we deal with it? Can our human mind confront it?
The death of God (the disappearance of the "true" belief in a "true" God), this tragedy for the human mind that Friedrich Nietzsche perceived, remained bearable if the universe was thought to be unique and eternal. Such a universe was a pole of stability that allowed us to hold on. He was that eternal lamb that welcomed us and to which we dedicated our existence.
The Big Bang is the coup de grace that is given us, because it has the multiverse for corollary, which confronts us, willingly or forcefully, with the necessary infinity of the universes. Here we have lost everything. Nothing to hang up on.